5 oct. 2006

[Test Minute] Suikoden V : Konami en Rémission ?

Depuis le premier épisode de la saga, sorti en 1997 chez nous, je me suis beaucoup attaché à la série des Suikoden. Malgré le refus de Konami de sortir le troisième opus en Europe, et la décéption causée par le quatrième, j'avais placé de grands espoirs sur ce dernier épisode en date.
Alors, bonne pioche ou passe ton tour ? C'est ce qu'on va rapidement voir ensemble.

Première impression, manette en main, c'est somme toute assez beau. Pas magnifique, mais le jeu s'en sort quand même bien et rectifie le tir de son ainé.
Passée la première cinématique qui réchauffe mon coeur de fan, la phase de jeu.
Et là, c'est déjà un peu moins probant. En effet, les développeurs ont choisi de placer la caméra au-dessus de l'action, dans une sorte de mode 3D isométrique, rendant le niveau d'immersion moins important que dans le précédent épisode.
Niveau détail, le soft est un peu pauvre, mais dégage plus une impression de simplicité, comme un retour aux sources des premiers épisodes, permettant notament au joueur de retrouver l'ambiance qui était propre à ces derniers.
Du côté de l'animation, elle est elle aussi assez simple, mais efficace.

Mais la force de Suikoden V ne réside évidement pas dans son aspect graphique. Comme chacun de ses ainés, c'est sur le scénario que l'on attend un Suikoden, et sur ce point, cet épisode ne nous fait pas faux-bond.
Le jeu se trouve doté d'une histoire remplie de rebondissements, suivant à la lettre les codes de la série, jouant à fond sur le systême de recrutement des 108 personnages et tirant partie de la "mythologie" créée au fil des épisodes (dont les scénari se recoupent).
Vous incarnerez donc le Prince de Falena, et vous devrez petit à petit reconquérir votre pays, menant une guerre sans concession à l'une des grandes familles aristocrates qui s'est octroyée le pouvoir de manière félone.
Au niveau de la durée de vie, Suikoden V rattrape égalementles maigres 10 heures de jeu de son prédecesseur, avec une trame qui devrait vous prendre une bonne cinquantaine d'heures si vous ne vous attardez pas sur toutes les sous-quêtes.

Autre fait notable, le retour du systême de combat à six personnages, amélioré par la présence de formations spéciales (que le joueur trouvera au fil de l'histoire) qui permettront au joueur de faire preuve d'un peu de stratégie, et rendant les combats aléatoires bien plus supportables.
Le systême de batailles tactiques, propre à la saga, devient désormais une forme hybride entre stratégie temps réel et Janken (pierre-papier-ciseaux). Chaque unité ayant une priorité d'attaque sur une autre unité ; vous devrez donc surveiller en permanence les capacités de vos unités et faire très attention à vos choix de placement en début de bataille. Seule ombre au tableau, certaines batailles vous demanderont de controller des unités navales et terrestres simultanément, rendant la surveillance du terrain et l'action difficiles à réaliser.

Suikoden V réussit donc son pari : réhausser la qualité globale de la série. Toutefois, on pourra lui reprocher un légèr manque de travail sur la forme. Nous sommes en présence d'un soft bourré de qualités, qui aurait pu faire mieux mais qui fait déjà bien, réussissant à être divertissant et passionnant malgré une réalisation légèrement daté.

1 commentaire:

Pipomantis a dit…

Tu gères, l'ami. C'est cool de te voir écrire sur le sujet.